TRAJECTOIRE

DE L'HÔPITAL À LA MAISON

LA RÉADAPTATION

Réadaptation intensive avec séjour à Villa Medica

Lorsque les chirurgies sont complétées, ou du moins en grande majorité, l'unité des grands brûlés du CHUM signe le congé du patient.

Le patient retourne à la maison si les plaies ne demandent qu'un suivi par le CLSC et s'il nécessite que peu ou pas de réadaptation. Il est transféré à Villa Medica si les plaies exigent un suivi médical rigoureux et si son état requiert une réadaptation intensive.

À l'hôpital Villa Medica, il est en contact étroit avec d'autres patients et jouit d'une grande liberté afin de favoriser son bien-être social, psychologique et physique. Ce sera une période d'efforts individuels intense et gratifiante.

La phase de réadaptation met en action le grand brûlé afin qu'il retrouve l'autonomie nécessaire pour être en sécurité à la maison et qu'il puisse retrouver son travail et les activités qu'il aime pratiquer.

ÉQUIPE DE SOINS

L'équipe de l'hôpital Villa Medica regroupe des professionnels qui oeuvrent à la guérison des plaies, à l'amélioration de la peau et au rétablissement de l'autonomie de la victime de brûlures. Les patients y récupèrent une grande partie de leur force physique afin de retourner à leur domicile et de regagner leurs activités, incluant le travail.

PSYCHIATREPSYCHOLOGUEENTRAIDE GBTRAVAILLEUR SOCIALNUTRITIONISTEPRÉPOSÉPHARMACIENSOINS INFIRMIERSERGOTHÉRAPEUTEMÉDECINPHYSIOTHÉRAPEUTE

EXPLOREZ LA RÉADAPTATION

GLOSSAIRE DE LA RÉADAPTATION

Cicatrice

Modification cutanée plus ou moins visible témoignant de la réparation d'une plaie ou d'une perte de tissu par blessure, acte chirurgical ou brûlure.

Cicatrice chéloïde

Cicatrice proéminente, rouge et souvent douloureuse, pouvant être causée par un accident, une brûlure, une chirurgie ou une plaie infectée. La cicatrice chéloïde a tendance à envahir les tissus voisins et à récidiver.

Cicatrice hypertrophique

Cicatrice proéminente et rarement douloureuse, pouvant être causée par un accident, une brûlure, une chirurgie ou une plaie infectée. La cicatrice hypertrophique ressemble à une cicatrice chéloïde, mais elle n'a pas tendance à envahir les tissus voisins ou à récidiver comme cette dernière.

Contracture cutanée

Tissu cicatriciel raide et raccourci qui tire sur la peau de la région affectée. Lorsque la contracture est près d’une articulation, la fonction peut être limitée (diminution du mouvement). Dans certains cas, il faut une intervention chirurgicale pour améliorer la qualité de la peau et du mouvement.

Débridement

Retrait des tissus nécrosés (morts), infectés ou étrangers de la surface d’une plaie.

Hypergranulation

Formation excessive de tissus sur une plaie.

Œdème

Enflure, augmentation anormale de volume d’une région donnée du corps.

Orthèse

Aide technique destinée à suppléer ou à corriger une fonction déficiente, à compenser les limitations ou même à accroître le rendement physiologique d'un organe ou d'un membre qui a perdu sa fonction.

Phlyctène

Ampoule ou cloque qui se forme souvent sur la peau nouvellement guérie. Les phlyctènes se développent souvent lorsqu’une pression ou friction est exercée sur la peau (sur les zones brûlées, greffées et les sites donneurs nouvellement guéris) ou par le contact avec une source de chaleur comme l’eau chaude.

Réépithélisation

Formation d'un nouvel épithélium (cellules de peau collées les unes aux autres qui recouvrent et protègent la surface externe du corps) à la suite d'un processus cicatriciel.

Relâchement de contracture

Chirurgie qui a pour but d’enlever les tissus cicatriciels raides et raccourcis afin d’augmenter la fonction.

Site donneur

L’emplacement où l’on prélève la peau non brûlée destinée à l’autogreffe est appelé « site donneur ». Ce site est généralement un endroit plat et caché : cuisses, fesses, dos, cuir chevelu ou abdomen.

Syndrome du compartiment

Enflure dans une région limitée du corps causant un arrêt du flot sanguin et de l’influx nerveux dans cette région. Ce phénomène est souvent observé dans le cas de brûlures circonférentielles. Dans un tel cas, on pratique une intervention chirurgicale appelée «escarrotomie», qui réduit la pression et rétablit le flot sanguin et l’influx nerveux.